Le choix c’est la vie

Avec un titre pareil, j’ai intérêt à avoir du contenu…
Je regardais tout à l’heure TV4IT (habituellement j’écoute la version podcast car je n’ai pas trouvé le moyen de faire de mettre en pause le lecteur dans firefox sans redémarrer depuis le début) et plus particulièrement l’extrait sur les news Java de Didier Girard.

Le commentaire qui revient souvent, c’est que Java c’est compliqué dès le début parce qu’il faut faire des choix (outils, frameworks, serveur d’applications, …). Même s’il est clair que tout le monde ne fait pas de la veille techno, il me parait important que ce choix existe (et qu’il soit riche) pour
comprendre son choix avant de partir bille en tête d’une part (inutile de tout évaluer) et pour stimuler une saine compétition entre les acteurs d’autre part. Le développeur est le bénéficiaire direct des innovations et autres améliorations de performance que cela engendre.

A la question “C’est pas un peu compliqué tout ça, comment fait on pour choisir?” (je paraphrase), la réponse de Didier Girard est décevante (même si elle est prévisible de la part d’un consultant ;-) puisqu’elle consiste à dire qu’il faut avoir sa vision exhaustive (celle de Didier) pour faire ce choix. Je pense au contraire que tous ceux qui trouvent que Microsoft et .Net c’est plus simple ont la possibilité de faire le choix par défaut, celui fournit par le JCP. EJB3 pour les composants métier, JPA pour le mapping objet/relationnel, JAX-WS pour les Web Services et JSF pour le framework de présentation. Tous on été conçus pour fonctionner ensemble. Ensuite s’il y a des cas d’usage qui le réclament ou si la productivité peut-être améliorée alors d’autres solutions peuvent être utilisées.

Dans le reste de ce passage, il est amusant de voir les termes Swing et RCP comparés surtout avec l’existence du RCP de NetBeans (dont le livre est un des best seller de cette JavaOne) et l’arrivée en fanfare du Swing Application Framework (JSR 296) ou encore du World Wind Java signé de la NASA. SWT n’est plus à la mode? Zut, j’oubliais, le choix est une bonne chose :)


Concernant TopLink, très bonne technologie en effet et tout ce qui est nécessaire pour faire du JPA est en Open Source depuis quelque temps déjà au sein du projet GlassFish

Enfin, la comparaison entre Spring et Guice n’est pas encore très utile étant donné le peu de chose proposé à ce stade par Guice même s’il est basé sur Java 5 (les développeurs Google l’avouent volontier). A noter au passage que Spring 2.0 passe aussi aux annotations. Là aussi la concurrence à du bon et c’est cette vitalité qui permet à Java d’innover sans cesse! Et pour ce qui est de NetBeans dont les commentaires sont devenus particulièrement flatteurs, la raison de son succès tient en un seul mot: Eclipse.

Author: alexismp

Google Developer Relations in Paris.

6 thoughts on “Le choix c’est la vie”

  1. Tout à fait d’accord, surtout que le choix standard pour le développement d’applications web, c’est Struts+Spring+Hibernate ;-)
    En fait, je pense que ce qui gène un peu avec Java, c’est justement ce choix, qui n’existe que rarement dans d’autres langages ou plateformes. Pour prendre un exemple que je connais un peu, en Ruby, le développement d’applications web implique quasi-systématiquement l’utilsiation de Rails qui est très bien, mais qui ne laisse pas d’autre choix. A contrario, Java, par son histoire, son occupation de l’espace implique une richesse de choix inconnue ailleurs.
    Et franchement, c’est tant mieux pour tout le monde.

  2. Tout à fait d’accord que le choix, c’est la vie. C’est pour cela que j’espère que NetBeans 6 va rendre le choix à l’utilisateur en permettant de choisir entre Tomcat6 et Glassfish (SJAS) à l’installation.
    Vincent

  3. <quote>Je ne suis pas responsable de cette décision, ni de la suppression, ni de l’éventuelle réintégration…</quote>
    J’ai jamais dit le contraire.

Comments are closed.