10 ans de Java en France


Vendredi dernier, Sun organisait une table ronde pour les 10 ans de Java en France. Autour de Philippe Davy de 01, Eric Mahé de Sun se trouvaient Hervé Crespel de France Telecom (et président du Club Java), Thomas Landspurg d’In-Fusio, Cédric Nicolas de Bouyges Telecom, Jean-Marie Chauvet de Dassault Développement et Thibaut Regnier d’Eurofil (et secrétaire du Club Java).

L’occasion pour moi de jouer aussi aux anciens combattants. La photo à gauche résume assez bien mes débuts en Java il y a près de 10 ans. Mon premier bouquin fut celui de Cédric. Court, simple et tellement différent des bouquins d’école d’ingénieur. Ceci dit, ma bible en la matière fut (et reste) “Java in a Nushell” de David Flanagan (je suis même allé jusqu’à traduire ses bouquins!) même si la cinquième édition fait 1264 pages!. Je suis donc un flaganien quand d’autres sont des eckelliens (l’autre référence). Le troisième livre date d’un achat au prix étudiant de Visual J++, outil tout à faire remarquable pour l’époque (depuis on fait bien mieux ;-). A l’époque Microsoft avait déjà compris deux choses: le potentiel de Java et l’importance des outils de développement.

Revenons à la table ronde. Une fois passée la discussion sur la préhistoire de Java (Applets, HotJava, Netscape, AWT, …) et le contexte de l’époque, il est intéressant de se rendre compte à quel point Java est déjà survécu à plusieurs (r)évolutions. Il y en a deux deux sortes: technologiques et sociales. Technologiquement, Java a intégré (ou digéré) XML, les Web Services, des évolutions majeures du langage (JDK 5.0, près de 10 ans après la naissance du langage!) sans jamais casser la compatibilité. L’intégration aux langages dynamiques (BeanShell, Groovy, JavaScript, Jython), les clients riches (SwingX/JDNC/JavaWebStart) et intégration (JBI/Java Business Integration) sont sur la TODO-list. Socialement, il est question de la relation avec l’Open Source. Tomcat, NetBeans, Eclipse, JBoss, JOnAS, Geronimo et maintenant Harmony sont la preuve que sur ce front là aussi, Java a su évoluer.

Et maintenant? Et dans 10 ans? Java sera certainement le Cobol d’aujourd’hui et ce n’est pas nécessairement une critique. Les entreprises aiment ce qui est stable et la question est plutôt de savoir si un autre langage et une autre plate-forme auront remplacé Java. Je n’en vois pas pour l’instant.

Advertisements

Author: alexismp

Google Developer Relations in Paris.

2 thoughts on “10 ans de Java en France”

  1. Ah moi je suis Eckellien! Le problème avec java in a nutshell est que les 200 premières pages sont très bien mais les 1000 suivantes, c’est la javadoc. Et la javadoc se lit beaucoup mieux sur un écran avec des liens et la possibilité de faire des recherches que sur du papier.

  2. C’est vrai et c’est pour ca que David Flanagan propose Jude, une sorte de précursseur des doclets. Sinon, tu exagères un peu sur les proportions contenu vs. javadoc… ;-)

Comments are closed.